Dimanche 28 juin 2015

Treizième Dimanche du temps ordinaire

 

DÉSIR DE SALUT

 

Ce dimanche, l'évangile nous place devant le désir de deux personnes. Désir de vie, désir de salut. Le premier pour sa fille malade. La seconde pour elle-même. Les deux viennent à Jésus dans cet espoir qu'il puisse changer le cours des choses. Les deux lui remettent leur désir de vie dans un geste presque liturgique en se jetant à ses pieds. Tout est dit, tout est remis. Dans ce geste, il y a à la fois la force du désespoir, et la confiance de la foi. Malgré le brouhaha de la foule alentour, le silence et la gravité de la double scène est stupéfiante. La solitude et l'enfermement dans la maladie trouvent en Jésus un espace de compassion. Ils ne sont plus seuls avec ce qui les étreint. Ils ont en Jésus celui qui sait se faire présent à la souffrance et aux appels de ceux qu'il croise.

 

Comment ne pas voir dans cette page d'évangile une invitation de plus à renouveler notre foi, à visiter le fond de nos coeurs pour y déloger les sentiments qui s'y trouvent? Quels qu'il soient, nous sommes invités à les ramasser et à les déposer aux pieds de Jésus pour qu'il les convertisse en désir de vie pour nous et pour les autres. N'est-ce pas ce qui nous arrive quand nous faisons eucharistie ? Nous ramassons le tout de nos vies - angoisses et joies partagées- pour les confier à celui qui a vaincu la mort et qui nous fait passer, chaque fois que nous lui offrons notre foi, du côté de sa vie-communion. Et ceci, nous le faisons non seulement pour nous-mêmes mais aussi pour tous nos frères humains...

 

Puissions-nous donc jeter aux pieds de Jésus nos angoisses, notre désir de vie en plénitude et de paix pour nous et laissons-le faire de nous des sauvés, c'est-à-dire des êtres délivrés de la peur et de la mort, des êtres en vie de Dieu et qui peuvent devenir à leur tour des espaces de compassion pour leurs frères.

 

Equipe Evangile@Peinture

Télécharger PDF