2 avril 2015

Jeudi saint

L’AMOUR A GENOUX

Nous voici à ce grand texte charnière de l'Evangile selon saint Jean. Dans le chapitre qui précède, la décision de le tuer a été prise par ses adversaires. Les signes et miracles n'ont pas fait que des heureux. Y compris dans le cercle de ses intimes. Maintenant Jésus sait qu'il doit passer par la porte étroite de la mort pour lui ôter tout pouvoir. Il pose alors pour ses compagnons un dernier geste qui prend toute son ampleur et qui donne une clé d'interprétation à tout ce qui précède et à tout ce qui va suivre. La scène est d'un silence et d'une densité exceptionnelle. Jésus quitte son vêtement pour le geste de l'amour jusqu'au bout. L'amour est à genoux.

 

Il n'a pas d'autre langage que celui du tablier de service. Le service de tous. Amour désarmé face à la violence qui va l'atteindre. Amour à genoux que rien ne peut contraindre car tout en Jésus est déjà donné. L'Amour jusqu'au bout c'est l'amour à genoux, libre d'aimer jusqu'à ceux qui vont l'abandonner, celui qui va le renier, et celui qui va le livrer. Jésus est venu pour cette heure où triomphera l'amour à genoux: en croix.

 

Rien d'esthétique dans ce geste de Jésus. Il nous communique ce qu'il reçoit du Père. Liberté du Fils qui a tout reçu et qui va tout donner. Nous sommes pris dans cet élan, dans cette pureté de coeur de Jésus. Sans repli, sans retour, il nous apprend comment se vit l'amour. Ce lavement des pieds est le sacrement des baptisés qui ouvre à la table du Ressuscité. Prendre part au service de l'amour, c'est avoir part au festin du Royaume.

 

Puissions-nous donc nous mettre à son école et quitter le vêtement, pour faire avec lui mémoire de notre baptême et vivre comme lui, jour après jour, l'amour à genoux.

 

Equipe Evangile@Peinture